Jour 59 – Le yoga, cet allié quotidien

Photo de Natasha Fernandez sur Pexels.com

Je me lève d’un pas décidé. Rapidement, la tisane matinale se retrouve dans mes mains et tout aussi vite, je suis sur mon tapis de yoga. J’aperçois que la séance s’allonge. Ce n’est qu’un peu plus de bonheur matinal. En posture finale du cadavre, j’observe et fait un bilan intérieur. Spoiler alert: c’est plutôt positif.

Je me rends réellement compte de mon évolution physique. Je me sens un peu plus équilibrée chaque jour et c’est un réel plaisir. Mes pathologies ne se sont pas éloignées, je ne vais pas mieux dans ce sens là. Pourtant, je suis totalement différente, depuis que j’ai pris cet engagement, de cultiver mon bonheur et de prendre pleinement soin de moi, des choses ont changés. Je me suis retrouvée, en mieux. Les soucis de la vie ne sont pas partis, ils n’ont pas changé d’un poil mais je suis plus forte, plus courageuse et plus heureuse. Alors parmi mes outils les plus récurrents, il y a inévitablement le yoga. D’ailleurs, B.K.S. Iyengar a dit que le yoga enseigne à soigner ce que l’on ne peut endurer, et à endurer ce que l’on ne peut soigner. Il est si juste dans ses mots. Au début, je me forçais un peu, pour me montrer sur ce rectangle gris, au milieu de mon salon. Désormais, je n’attends que ça, chaque jour. Et d’ailleurs, depuis quelque jours, le soir, j’hésite à pratiquer encore un peu. Ensuite, il y a l’écriture qui est aussi un moyen de me rendre compte de ce que je vis et d’en garder une trace. Un moment de calme et d’introspection dans l’agitation de ma journée. Et je m’investis de plus ne plus dans des activités créatives, que se soit la peinture ou la couture. Je prends aussi énormément de plaisir à cuisiner et à me nourrir. Je sors le plus possible, profiter de la nature ou de juste me dégourdir les pattes et je lis aussi plus régulièrement. Je dévore chaque seconde passée avec mes proches avec plus d’entrain et de gratitude qu’auparavant. Bref, voici tout ce qui, aujourd’hui, au cinquante-neuvième jour, compose ma douce vie.

Après ce moment introspectif, je m’en vais passer la matinée avec ma famille. C’est un moment suspendu, emplit de rires partagés et de sourires en coins.

Je rentre pour l’heure du repas, je m’active en cuisine et me prépare un petit plat. Après l’avoir savouré, je m’attaque à la vaisselle. Je me sens pleine d’énergie et j’ai envie de vite terminer tout ce que je dois faire pour pouvoir me consacrer à ce que je veux faire. Alors, je passe à l’étape administrative de ma journée. Je me débarrasse de la paperasse le plus vite possible. Je suis complètement concentrée et ainsi, j’arrive vite au bout.

Le soleil est de sortie aujourd’hui et je ressens le besoin impérieux d’aller respirer l’air glacial. J’enfile ma veste et sans réfléchir au chemin, j’avance. L’air est si sec que la peau de mes lèvres perd lentement en souplesse. Petit à petit, mes pas me guident vers un parc boisé, non loin de chez moi. Il est constitué de nombreux chemins, qui montent puis descendent et tournent dans tous les sens. J’entame une montée plutôt raide. Chaque fois que je pose le pied à terre, je mets toute ma conscience dans le mouvement et j’apporte à mes muscles des encouragements. Ensemble, nous avançons. Je sors du parc et continuer mon voyage vers des ruelles que je n’ai jamais emprunté. Je prends ce moment comme l’opportunité de cartographier, mentalement, un peu plus ma ville. J’observe les alentours. La lumière se tamise. Et lentement, je retombe sur une route que je connais. Me voilà en terrain connu, je peux désormais rentrer.

En arrivant à la maison, je prends un douche et vais m’installer dans mon lit. Je souhaite continuer ce fameux roman que je viens de commencer, il y a peu. Autour de moi, ça sent la lavande, propice à la détente. J’avance de quelques chapitres et me retient de continuer pour pouvoir aller écrire. Les mots viennent tout seuls, c’est magique.

Le soir, après le repas, il est à peine vingt heures passé que je m’installe sous la couette. Je me sens bien fatiguée et j’offre à mon corps l’opportunité méritée de se reposer. Le sommeil arrive sans mal.

4 commentaires sur « Jour 59 – Le yoga, cet allié quotidien »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s