Jour 82 – Dans la lenteur

Le réveil me tire littéralement de mon sommeil. C’est un matin sans, je crois. J’ai envie de m’enterrer plus profondément dans ma couverture et d’y rester pour la journée.

Malgré tout, je sais que ça ne me sera pas bénéfique alors je me lève, lentement.

Avec l’habitude, je me retrouve sur mon tapis de yoga. Pourtant, ce matin je ressens au plus profond de mon corps que j’ai énormément bougé ces derniers jours et qu’il serait préférable de ralentir. Je prends une dizaine de minutes pour m’asseoir en tailleur, fermer les yeux et ne surtout pas me rendormir. Non, je vais méditer.

Les idées un peu plus clair mais le corps en pleine paresse, je savoure mon petit-déjeuner. J’ai un rendez-vous chez ma thérapeute, dans peu de temps et je décide que ce sera mon unique objectif pour la journée.

Je me prépare et me rends donc à mon rendez-vous. Cette nuit, sans que je ne le sache, la neige est tombée. Malheureusement, elle a été suivie de prêt par la pluie. Alors, lorsque je me retrouve dehors, le sol est simplement mouillé. Il fait un froid sans plus. Je me questionne sur mon envie de marcher et me raisonne. Techniquement ça pourrait me faire du bien mais ce que mon corps réclame, c’est tout l’inverse. Je dois l’écouter. Alors, en sortant du cabinet, je rentre tout droit, à la maison.

En passant la porte, une idée illumine mon esprit. Je me dirige vers mon piano, pour reprendre l’apprentissage. Ma capacité de concentration est moins bonne que la veille, sûrement dû à mon état du jour. Malgré tout, je prends le temps de bien comprendre les notions de solfège et je me rends bien compte qu’au de la de mon corps, il y aussi ma tête qui est fatiguée. Je comprends, j’ai tendance à demander chaque jour un peu plus à ce corps. Alors, dès le moment où je m’aperçois que je suis dans le brouillard, je décide de clore la session. Il ne sert à rien de m’imposer un apprentissage intensif, si c’est pour m’en dégouter. Je veux aller à mon rythme. Comme hier, j’écoute un morceau de piano, afin de conclure. Mon chouchou du moment est le suivant.

Après mon repas de midi, je vais passer beaucoup de temps à somnoler. Le repos m’appelle et nous discutons pendant des heures.

Ce n’est que vers les dix-sept heures qu’un regain d’énergie inespéré va faire son apparition. J’avance soudainement plusieurs tâches banales que je procrastinais. Je vais finir par écrire de manière prolifique à mon goût malgré que mes yeux commencent à réellement brûler. Je pense que je ne me suis pas encore remise de ma récente crise. Patience.

Ce soir, je regarde un joli film. La journée s’achève paisiblement.

2 commentaires sur « Jour 82 – Dans la lenteur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s