Les doutes

Photo de SplitShire sur Pexels.com

Ils m’envahissent.

Pourtant, j’ai su remplir mon quotidien comme un royaume de mille trésors. Et malgré tous mes efforts, je dois parfois admettre que les remparts de la forteresse s’inclinent pour laisser passer les doutes. J’aimerais pouvoir dire en boucle que tout va toujours bien et que la vie est belle. Et pourtant, je suis bien placée pour savoir que la vie, ce n’est pas que des hauts, mais voilà, il faut l’admettre, j’ai un passage à vide.

Un de ces passages où mon avenir incertain m’angoisse. Un avenir où je ne veux pas me dessiner. Un avenir où j’ai la sensation de n’avoir de place nulle part. Et malgré que c’est tout à fait normal d’avoir le moral dans les chaussettes par moment, ça me fait sacrément chier. Personne n’a envie de traverser tout un tas d’émotions négatives et décourageantes. J’ai pas envie d’être rincée par la tempête. Comme bien souvent, je n’ai pas le choix.

Alors, je sors tous mes outils pour tenter de duper le mauvais temps. Je commence par recentrer mes pensées, mon souffle et mes gestes. Je me force à manger, car je sais que ça m’aidera d’avoir de l’énergie, même si au fond, j’ai pas envie de vivre ce moment de déprime. J’enfile mes baskets et marche d’un pas pressé, ignorant les douleurs et les difficultés. Je ne m’arrête que lorsque ma tête se met à tourner et mes jambes à trembler. Je m’asseye sur ce tronc d’arbre, dans cette forêt vide. Ou c’est moi qui suis vide, je ne sais plus tellement. Le temps m’observe longuement, dans cette inertie, comme si je m’enfonçais dans la verdure. J’écoute de la musique, pour distraire mes neurones. Je pleure, pour évacuer ce trop plein, pour émettre un son d’appel à l’aide. Je me lave, pour me rincer de tout chagrin, le coeur lourd, la tête vide. Je me distrais par la lecture. Et parfois, je relis la même phrase à plusieurs reprises, plongée dans mes tourments, Je m’endors, avec l’espoir que demain sera meilleur et m’accroche à ce que je sais.

Je sais que la vie vaut d’être vécue, malgré les douleurs, les difficultés et les incertitudes. Je sais que mon énergie positive m’animera à nouveau et que je continuerais à me battre. Cependant, pour une fois, je dois me permettre d’être humaine. Ce n’est pas humain de traverser tant d’épreuves sans broncher. Alors aujourd’hui, non ça ne va pas trop mais ça fait parti du jeu. Et promis, j’y jouerais jusqu’à la dernière partie.

3 commentaires sur « Les doutes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s