Un peu brouillon

Photo de Lisa sur Pexels.com

Il est temps. Il est temps d’apposer les mots, sur cette page. Peut-être parce que ça fait gentiment six mois, que j’ai commencé ce blog. Peut-être parce qu’il faut que je fasse sortir ce qui se passe pour moi, ces derniers temps.

Je vais essayer de prendre une photo de ma vie, composée de mots.

Vous l’avez remarqué, si vous me suivez, ma cadence de publication a diminuée de plus en plus.

Il y a plusieurs raisons à cela.

Pour commencer, j’ai accueilli dans mon foyer un chiot. Une petite femelle, pleine d’énergie et d’amour. C’était un pari risqué, presque stressant pour moi. Dans mon enfance, j’ai grandi entourée d’animaux que ce soit des chiens, des oiseaux, des rongeurs et bien d’autres. Et toujours durant mon enfance, j’ai nourri une passion dévorante pour les chiens, en particuliers. Comme une promesse à la petite fille que j’étais, je savais qu’un jour, j’adopterais mon propre animal.

Je m’étais toujours imaginée que le jour où j’aurais un job stable, une bonne situation et tout i quanti, j’adopterais. Sauf que je me suis prise la réalité dans la figure. Lorsque la maladie a frappé à ma porte, en détruisant la carrière professionnelle que j’avais entamé, elle a balayé tout un chemin que je me traçais. Et j’avais la sensation que je devais attendre de reconstruire tellement de choses pour pouvoir prétendre à mon bonheur. Néanmoins, j’ai appris notamment par le bien de ce blog à savourer ce que je peux accomplir aujourd’hui. J’ai appris à arrêter d’attendre demain. Donc, il y a quelques mois, je me suis beaucoup questionnée. Est-ce raisonnable de prendre un animal alors que ma condition physique est aléatoire? Est-ce que je serais apte à lui offrir tout ce dont il a besoin, tout ce qu’il mérite? Serais-je suffisamment forte? Comment puis-je offrir une situation stable alors que la mienne est bancale?

Et j’ai vu sa photo, âgée de quelques mois. J’ai fondu. Mon entourage a fondu. Le pari était lancé. S’en est suivi une longue attente, car ma petite boule d’amour vient d’un pays étranger et pour que tout soit en règle, il a fallut du temps.

Et la voilà dans mon quotidien.

Mon quotidien, auparavant rythmé par mes besoins, mes envies. Guidée par mon instinct, pour me sentir bien. Et soudainement, je ne pense plus à moi mais à elle. Je ne vais pas vous cacher que les deux premières semaines ont été intenses. Mes douleurs ne se sont pas évanouies ou tamisées pour laisser place à ce nouvel être. Néanmoins, pour ces beaux yeux, je me découvre des ressources insoupçonnées. Je vais encore plus au delà de mes limites ou plutôt des limites fixées arbitrairement par la maladie. Elle me fait marcher et surtout courir, et même si j’ai mal, j’oublie. Moi qui raffole d’observation de la nature, c’est un enchantement de voir sa joie de poursuivre les bourdons. Elle m’enseigne la patience et la joie de rencontrer. Lorsque je me promène avec elle, elle adore faire les yeux doux aux passants. Et ainsi, je retrouve un peu de chaleur sociale par un sourire, une conversation, partagée dans la rue.

Désormais, je n’ai plus peur de mal faire. Je sais que c’était la bonne décision de l’adopter et que je ferais tout ce qu’il faut pour qu’elle soit heureuse. Je pense finalement qu’elle m’aide à prendre confiance en mes capacités, avec ce corps capricieux. Elle n’en a pas conscience mais je vois mon avenir plus sereinement. Elle me permet clairement de sortir le nez de mes problèmes.

Je n’aurais jamais envisagé qu’il se produirait tout ça. De base, je voulais simplement avoir un compagnon de route, un compagnon de forêt. Et elle est bien plus, du haut de ces cinq mois. Je peux déjà l’affirmer alors que ça ne fait même pas deux mois qu’elle est avec moi.

Et pour le confirmer, il y a les aléas de la vie. J’ai malheureusement eu des mauvaises nouvelles sur le plans de la santé et je suis surprise par la manière dont je les ai digéré. Elle m’a permis de faire un pas en arrière, de relativiser. Pourtant, je relativisais déjà beaucoup!

Elle a tout chamboulé. Toute ma routine s’est envolée et je construit désormais une nouvelle routine, avec elle dans le planning. C’est pour ça, cher lecteur, que tu ne me vois plus trop.

C’est aussi pour ça qu’il n’y a pas eu de plaisirs gustatifs du mois d’avril et probablement pas du mois de mai, je ne sais pas encore. J’ai consacré toute mon énergie dans cet accueil, dans les tâches de la vie quotidienne et dans le repos.

Parce que c’est vraiment pas de tout repos mais franchement, qu’est-ce que ça vaut le coup! Et encore, c’est un chiot donc elle dort beaucoup. Mais pendant qu’elle dort, je me repose.

Il y a aussi que depuis quelques temps, je consacre beaucoup d’énergie à pouvoir retourner dans le monde professionnel. Beaucoup d’administratif, énergivore. Et ça non plus, ce n’est pas de tout repos.

Et tu le sais, cher lecteur, je ne me force jamais à faire quelque chose. Alors je ne peux rien promettre concernant l’avenir du blog, pour les prochaines semaines. J’ai vraiment peu de temps pour lire ou écrire. Et même si les mots valsent dans ma tête, en ce moment, mon corps est ailleurs. Et je dois lui laisser cet échappée, si c’est son besoin.

La suite de récit de vie, arrive doucement mais sûrement. J’espère que ce n’est pas trop long ou redondant.

En attendant, j’espère que toi qui me lis, tu vas bien. J’espère que tu prends soin de toi.

Je te dis à bientôt.

Lili

10 commentaires sur « Un peu brouillon »

  1. Eh bien, en voilà une bonne nouvelle ! Comment s’appelle cette pépite à quatre pattes ? Est-ce une fille ou un garçon ? J’en pose des questions, hein ?! 🙂
    J’ai grandi avec des chiens et tout plein d’autres animaux, comme toi apparemment. Je suis devenue ‘chat’ sur le tard, quand mes parents ont adopté des chats, ou plutôt se sont fait adoptés par des chats.
    Mais il y a quelques jours, je me disais que j’aimerais aussi avoir un compagnon chien à mes cotés. Pas à la place d’un chat, je ne sais plus vivre sans eux, je crois. Mais avec un chat. Le chien est un animal qui est loyal, heureux d’être avec les gentils humains, fantasque et attendrissant. Un jour, je passerai le cap, je le sais, et j’adopterai un gentil chien aussi. Des becs pour toi, et des caresses à Mr ou Mme chien !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou!
      La pépite s’apelle Mia, c’est une femelle âgée de tout juste 5 mois! T’en pose des questions mais je pourrais parler des heures de cette bouboule !
      Oui j’avais cru comprendre ton amour aussi pour les chats, j’aime aussi malheureusement j’y suis allergique. Alors chien pour moi! C’est vrai qu’ils sont différents et apportent de la joie aux humains de diverses manières! j’espère que tu pourras passer le cap d’avoir une petite truffe en plus à la maison!
      Je lui transmettrais tes caresses avec plaisir!
      Merci de m’avoir lue encore, et j’espère que tu vas bien! Passe une belle semaine! 😘

      Aimé par 1 personne

Répondre à Jaskiers Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s