Jour 16

Photo de Adrianna Calvo sur Pexels.com

Une journée de détente commence par une grasse matinée. Je m’exécute et à mon réveil tardif, les batteries sont chargées de lenteur. Un temps fou m’est nécéssaire pour passer au petit-déjeuner. Le délai de mes actions me permet de savourer chacune d’entre elle.

Une fois que je suis pleinement consciente, je m’atelle à préparer mes cadeaux. En effet, les fêtes de fin d’années approchent! Loin de moi l’idée de surconsommer, je me plais à imaginer ce qui fera le plus plaisir à mes proches. Leur faire un petit clin d’oeil et leur apporter de la joie m’est important. Je suis méticuleuse dans mes plans. Je me réjouis avec impatience de pouvoir avoir leurs réactions.

Cette activité restera la plus productive de ma journée. Par la suite, je me complais dans l’oisiveté. J’apprécie. Pour une fois, je choisis de ne rien faire. Rien ne m’est imposé et je savoure ce calme voulu.

Pour terminer cette journée de relâchement, je fais une séance de yoga. Celui-ci est à l’inverse de mon humeur du jour. Il est tonique. Mon souffle est cadencé. Je suis très rapidement concentrée dans mes mouvements. La posture du chien tête en bas devient de plus en plus naturelle. Mon corps s’adapte avec une rapidité insoupçonnée aux nouveaux gestes que je lui impose. La gratitude m’envahit.

Je termine par de l’écriture. Cela m’apporte de la satisfaction. Je peux vivre une fois de plus mes journées. Et par la lecture, je pourrais y penser encore et encore, pour toujours. C’est comme si je prenais pleinement conscience de mon vécu et que je tâchais de ne manquer aucun détail. J’aime cette vision des choses.

Je retiendrais d’aujourd’hui que je n’ai rien fait de particulier. Et c’était pleinement ce qu’il me fallait pour être heureuse et accomplie. Je ne peux pas toujours être dans l’hyper productivité. Je dois accepter que ce temps me sera rendu demain. Le repos porte ses fruits malgré ce que cette société toujours plus demandante et rapide veut bien nous faire croire.