Posons les mots

Cette nuit laisse un goût désagréable. Réveillée par des douleurs après quatre minces heures de sommeil. Le défi a été de réussir à trouver un oasis d’apaisement, de m’y plonger et de retrouver le sommeil malgré les sensations douloureuses. Après deux heures d’éveil, je repars pour un temps avant de me lever définitivement.

L’état est instable mais il faut composer avec.

Je prends le temps d’émerger, d’offrir une tisane et un petit déjeuner à ce corps malmené. La séance de yoga est reportée à plus tard.

Avant que la foule ne s’amasse, je profite d’aller observer l’eau clair et de prendre quelques rayons de soleil.

En rentrant, je prends le temps d’écrire et je me dis qu’il est peut-être temps de poser certains mots. Depuis le début de mon blog, il s’en est passé des choses. Avoir ce lieu d’expression quotidien m’a permis de me structurer chaque jour, pour me reconstruire, dans ce passage tumultueux de vie. En me prenant ainsi par la main, j’ai construis un quotidien qui me ressemble. Ponctué de yoga, d’observation, de marche, d’écriture et de bienveillance à mon encontre. Grace à ce blog, j’ai eu la chance de rencontrer de superbes personnes, d’enrichir mes horizons et j’en suis ravie. J’ai redécouvert plein d’aspects de ma personnalité que j’avais oublié et j’ai gagné beaucoup de confiance face à ce corps capricieux. En commençant ce blog, je m’étais faite une promesse sans forcément calculer l’avenir. Comme pour beaucoup de mes choix, je ne décide jamais à l’avance où doit être le point final, en général, il se révèle par lui-même.

Alors non, je ne souhaite pas arrêter ce blog. Ce n’est pas mon but, je pense qu’il fait partie intégrante de cet équilibre quotidien. Cependant, ces derniers jours, et je pense que ça se ressent, c’est différent. Je ne pense pas avoir besoin d’une pause mais d’un rythme d’écriture différent. Je ne sais pas encore comment cela va se goupiller mais ce que je sais, c’est que ça va changer. Je n’ai plus besoin de compter les jours de ma nouvelle vie. Ce nouveau départ pris il y a plus de trois mois, m’offre une vie remplie de joie, de belles activités diverses et variées. J’ai toujours su faire preuve de souplesse dans mes actions et je viens désormais assouplir un peu mon rythme de publication. Enfin, je ne suis certaine de rien. Ce qui est certain, c’est que je vais continuer à écrire que ce soit ici ou dans mes projets personnels. Je vais continuer à partager mes pulsions de vie cependant, je ne veux juste plus décider quand.

Les mots sont posés et je peux désormais aller me reposer.

Jour 91 – Météo clémente

Je me tire d’un rêve flou, motivée par l’appel du yoga.

J’ai l’envie profonde de me mouvoir. L’envie qui vient du centre de mon être. Alors, je m’installe sur mon tapis de yoga. Je centre mon attention sur ma respiration et commence par des étirements lents et doux. L’esprit est réveillé mais le corps a besoin de temps. Je lui offre la permission de le prendre. Après de longues minutes, je me sens enfin prête à passer à la vitesse supérieure. Je me lance dans une salutation au soleil, parfaitement synchronisée avec mon souffle. Je suis pleinement centrée et ainsi, je vais enchaîner plusieurs salutations à ce soleil qui brille déjà bien haut dans le ciel. Je prends quelques variations, ça et là. Je ne décide pas où est censée se terminer la séance. Je vois la fin lorsque mon corps la ressent. C’est suffisant.

Par la suite, je vais en cuisine, ranger en musique la vaisselle de la veille et préparer un petit-déjeuner coloré.

Je griffonne quelques mots et en début d’après-midi, je pars à l’aventure du dehors. Dix degrés se sont ajoutés à ceux de l’hiver. En plein week-end avec un temps pareil, près du lac, c’est la cohue.

Alors, j’arpentes les rues délaissées, les chemins abandonnés. Et pour mon envie de marcher, ils n’ont rien à envier aux lieux bondé. La beauté se cache dans les ombres, le bitume irrégulier et la joie de découvrir. Prendre le temps de lézarder sur un banc et attraper la vitamine D pendant que les jambes se repose. Un bonheur.

Même passé dix-sept heure, le soleil perdure et donne une sensation estivale, malgré tout, il est temps pour moi de rentrer.

Ce soir, je profite de la douceur de vivre auprès des miens.

C’est une douce journée qui tire à sa fin.

Jour 88 – Ça déménage ou presque!

Ce matin, je me réveille avec l’ambition des grands jours. La force et l’enthousiasme de profiter à fond ces prochaines heures. Comme une remise à nouveau. Je commence, comme toute bonne journée par du yoga.

Puis, j’ai pour projet de continuer ce que j’avance petit à petit depuis quelques temps. C’est-à-dire l’aménagement de mon lieu de vie. Je suis heureuse de mon chez-moi, mais j’ai le sens du détail, et peut-être un peu trop. Cependant, j’ai aussi le temps de repenser l’espace et de l’aménager du mieux possible. Le genre de détail que souvent, je me suis dit que ce serait mieux autrement, sans jamais agir.

Aujourd’hui est venu le jour d’agir. Je vais tenter une nouvelle disposition des meubles. Alors, sous l’effet de mes petits muscles, les meubles se mettent à danser. Les objets valsent d’une pièce à l’autre. Même la disposition des tableaux changent. Tout y passe. Et vu que j’y suis, je nettoie, on pourrait presque dire que je fais mon nettoyage de printemps, sans la saison. J’y passe la journée, sans vraiment voir le temps passer.

Ce n’est que lorsqu’il ne reste plus que la poubelle à sortir que je m’aperçois d’un détail. Le soleil s’en est allé et je n’ai pas pris le temps d’en profiter. Pour me consoler, la lune se montre. Et le ciel est décoré de teintes époustouflantes. Cette fois-ci, je saisis l’occasion d’observer ce ciel. Il peut paraître on ne peut plus banal pourtant, c’est suffisant pour remplir mon coeur de joie et m’aider à clôturer cette journée plus que productive.

Jour 82 – Dans la lenteur

Le réveil me tire littéralement de mon sommeil. C’est un matin sans, je crois. J’ai envie de m’enterrer plus profondément dans ma couverture et d’y rester pour la journée.

Malgré tout, je sais que ça ne me sera pas bénéfique alors je me lève, lentement.

Avec l’habitude, je me retrouve sur mon tapis de yoga. Pourtant, ce matin je ressens au plus profond de mon corps que j’ai énormément bougé ces derniers jours et qu’il serait préférable de ralentir. Je prends une dizaine de minutes pour m’asseoir en tailleur, fermer les yeux et ne surtout pas me rendormir. Non, je vais méditer.

Les idées un peu plus clair mais le corps en pleine paresse, je savoure mon petit-déjeuner. J’ai un rendez-vous chez ma thérapeute, dans peu de temps et je décide que ce sera mon unique objectif pour la journée.

Je me prépare et me rends donc à mon rendez-vous. Cette nuit, sans que je ne le sache, la neige est tombée. Malheureusement, elle a été suivie de prêt par la pluie. Alors, lorsque je me retrouve dehors, le sol est simplement mouillé. Il fait un froid sans plus. Je me questionne sur mon envie de marcher et me raisonne. Techniquement ça pourrait me faire du bien mais ce que mon corps réclame, c’est tout l’inverse. Je dois l’écouter. Alors, en sortant du cabinet, je rentre tout droit, à la maison.

En passant la porte, une idée illumine mon esprit. Je me dirige vers mon piano, pour reprendre l’apprentissage. Ma capacité de concentration est moins bonne que la veille, sûrement dû à mon état du jour. Malgré tout, je prends le temps de bien comprendre les notions de solfège et je me rends bien compte qu’au de la de mon corps, il y aussi ma tête qui est fatiguée. Je comprends, j’ai tendance à demander chaque jour un peu plus à ce corps. Alors, dès le moment où je m’aperçois que je suis dans le brouillard, je décide de clore la session. Il ne sert à rien de m’imposer un apprentissage intensif, si c’est pour m’en dégouter. Je veux aller à mon rythme. Comme hier, j’écoute un morceau de piano, afin de conclure. Mon chouchou du moment est le suivant.

Après mon repas de midi, je vais passer beaucoup de temps à somnoler. Le repos m’appelle et nous discutons pendant des heures.

Ce n’est que vers les dix-sept heures qu’un regain d’énergie inespéré va faire son apparition. J’avance soudainement plusieurs tâches banales que je procrastinais. Je vais finir par écrire de manière prolifique à mon goût malgré que mes yeux commencent à réellement brûler. Je pense que je ne me suis pas encore remise de ma récente crise. Patience.

Ce soir, je regarde un joli film. La journée s’achève paisiblement.

Jour 81 – Aller au-delà de la peur

Photo de Bryan Geraldo sur Pexels.com

Je me lève avec facilité. Instinctivement, je reporte ma séance de yoga matinale à plus tard, comme si je savais qu’elle me serait plus bénéfique à un autre moment. Pourtant, ce qui me guide c’est l’écoute de mes besoins et à l’instant, je n’ai pas besoin de pratiquer. Alors, je vais prendre mon petit-déjeuner et boire ma tisane tranquillement.

Puis, pendant que le linge se lave, je vais m’atteler a repeindre un meuble. L’activité est plus physique que je ne l’imaginais. Tenir le rouleau de peinture et recouvrir ce meuble relève très vite du défi. Lorsque je dois ouvrir le pot de vernis, je suis confronté à une difficulté. J’ai beau tenter toutes les stratégies, ce pot ne veut pas s’ouvrir. J’y mets toute ma force et doucement, je commence à penser que je n’en ai pas assez. C’est au moment où je me dis qu’il n’y a plus d’espoir, qu’il réapparaît. Le pot s’ouvre et finalement, j’y ai mis tellement de force que j’ai percé le flacon. Comme quoi, finalement, je ne suis pas aussi faible que je ne le pensais. Il ne faut pas que je l’oublie.

Je vernis mon meuble, en inspirant et expirant en plein conscience. J’ai besoin d’amener des encouragements dans mes mains souffrantes. J’ai l’impression d’être entrain de pratiquer du yoga, tellement je dois me concentrer sur ma respiration pour que mon corps accepte les mouvements que je lui impose.

Puis, une fois terminé je m’installe pour écrire. Mes doigts sont raidis par les efforts de la matinée, alors je tente de ne pas faire bousculer les idées. Les mots viennent tout seuls, comme par magie.

Peu après midi, mon linge est enfin propre, mon meuble vernis et mon texte écrit. Je suis satisfaite et j’ai la sensation d’avoir vécue une journée condensée. Je m’installe dans le canapé et savoure mon repas. Par la suite, je m’accorde du temps de légèreté devant une série. J’avale quelques épisodes quand soudainement, j’ai l’âme d’entreprendre.

Aujourd’hui, j’aimerais reprendre un apprentissage que j’ai laissé tomber. Il y a un peu plus d’une année, j’ai investi dans un piano car je souhaitais apprendre. Durant mon enfance, j’avais appris le solfège ainsi que je jouais du xylophone et j’avais pu toucher quelques fois le piano. Malheureusement, en grandissant sans pratiquer, il ne me reste que des bribes. Et donc, il y a quelques mois, je m’étais convaincue de m’y remettre, motivée. C’était sans compter l’intervention de la maladie, qui agissait sournoisement, dans l’ombre. Quelques semaines plus tard, alors que je faisais des progrès en piano et en solfège, je tombais au plus bas. J’étais à bout de force et il était impensable de faire une quelquoncque activité. Faire défiler mes doigts sur les touches avaient commencé à déclencher de violentes crampes. Je ne parvenais même plus à prendre des objets dans mes mains. Alors comme pour tout le reste de ma vie à cette époque, j’ai abandonné. Dès lors, je vois tous les jours cet instrument. Il est en face d’une fenêtre offrant une magnifique vue. J’ai toujours apprécier m’installer là pour apprendre, jouer et me plonger dans ce monde à part. Alors, me voilà aujourd’hui sur mon tabouret face à mon piano. Je veux effacer ce goût d’échec malgré moi, je veux remplacer le souvenir de l’avoir abandonné par des notes dans les airs. C’est ainsi que je reprends mes leçons dès le début. Et doucement, ça revient. À la fin, j’écoute un morceau de classique pour clore ce moment musical. A demie-voix, je fais le souhait de revenir demain, reposer mes doigts sur les touches.

Forte de ce premier pas, je vais me préparer pour faire une séance de yoga. J’ai besoin d’extérioriser toute cette belle énergie. La séance va être tonique, challengeante et contre toute attente, je me dépasse.

J’ai la sensation que c’est un pas de plus vers le mieux être mais la vérité, c’est que je savoure l’instant. Je ne veux pas mieux que maintenant tellement je suis heureuse, épanouie et comblée. Je me satisfait de cette vie, différente et riche. Et c’est sur ces belles pensées que je m’endors.

Jour 78 – La vie en jaune

Ce matin, en sortant de ma sombre chambre, je suis éblouie par une luminosité anormale. Tellement inhabituelle que j’en viens à me demander si je n’ai pas laissé une lumière allumée durant la nuit. Je lève mes yeux brumeux jusqu’au plafond et à ma grande surprise, le luminaire est éteint. Puis, mes yeux vont vers la fenêtre et j’observe cette épaisse brume jaunâtre. Elle projet sur mon habitat une lumière particulière.

Ensuite, je vais me laisser le temps d’émerger. Et lorsque je me sens suffisamment éveillée, je me dirige vers mon tapis de yoga. Ce matin, j’ai envie de pratiquer mais sans devoir réellement réfléchir. Alors, je retourne vers Adriene, ma professeur de yoga préférée et ces vidéos. La séance est pleine de vitalité et de douceur. Parfaite pour commencer le week-end.

A la fin de celle-ci, je vais me préparer un petit-déjeuner que je savoure en regardant cette météo si particulière. Puis, en parcourant le journal, je comprends. Pour la faire brève, le vent a transporté des particules très fine venant du Sahara, jusqu’ici. (plus d’explications par ici)

Ma table d’extérieure en témoigne. Les éléments ne connaissent ni les frontières, ni les pandémie. Ils sont libres d’aller et venir et aujourd’hui, ils nous ramènent un petit peu de sable d’ailleurs. Ça m’émerveille.

Je trouve le phénomène majestueux et poétique. Il paraît que cela se produit plusieurs fois par année. Cette constatation me permet de me rendre compte que je n’y avais jamais prêté attention jusqu’à aujourd’hui. Et deuxième constatation, je n’ai jamais été autant connectée à la nature qu’aujourd’hui et je suis heureuse de le découvrir. Je me laisse beaucoup plus porter et influencer par les saisons et ses merveilles. C’est un bonheur constant pourtant si différent d’un jour à l’autre. Une source inépuisable de joie.

Partant de toutes ces pensées, il est clair dans mon esprit que je dois aller dehors. Déjà car je n’ai pas beaucoup marché depuis deux jours mais surtout car j’ai besoin d’air frais. La pluie ocre ne m’effraie pas une seconde. Alors je prépare un thé, des mandarines et me voilà partie à l’aventure de cette journée jaune.

Depuis la rue, l’ambiance paraît moins jaunie que depuis ma fenêtre. Ce n’est que dans certaines perpectives que je me rends compte de la nuance particulière. Finalement, la pluie se retient et moi, je me dirige vers le lac. De prime abord, la température me paraît douce. Puis, doucement le froid me gagne. Alors, je me balade en longeant la douce étendue d’eau.

Le soleil tente de percer ce nuage jaune et offre un spectacle surprenant. Les photos ont naturellement un effet de filtre. Sur les rochers, une fine couche de poussière s’est déposée.

Par moment, je continue à me laisser surprendre par ce paysage. L’eau si claire d’habitude me paraît complètement opaque. Elle reflète les rayons du soleil tant bien que mal et se pare d’une teinte pétrolière.

Malgré le grand nombre de promeneurs, la balade est fantastique. Je me sens réchauffée par mes pas et je rentre, peu avant le coucher du soleil.

Sur le chemin du retour, je sens le contre coup. Des douleurs m’attaquent de toutes parts et une fois arrivée à la maison, je suis contrainte à m’allonger. J’attends qu’elles s’estompent et dès que je sens une seconde de répit, je réunis mon corps tout entier et vais me plonger dans un bain chaud.

Je vais y passer plus d’une heure.

Complètement relaxée, les douleurs apaisées, je me prévois une soirée film. C’était sans compter un paramètre que je n’avais pas calculé. La poussière de la journée a asséchée mes yeux, déjà secs en temps normal. Et ce soir, je ne suis presque plus capable de garder les yeux ouverts sans qu’ils me brûlent. Je ne regrette en rien mon excursion malgré que j’en paie le prix. Je tente tant bien que mal de suivre le film, malgré mes paupières closes. Et finalement, je sombre dans le sommeil.

Jour 74 – Les merveilles de la nature

En ouvrant les yeux, je redoute déjà que la spirale ne s’installe. Ce matin, j’aimerais bien m’enterrer sous la couverture. Où sont passés le repos et le regain d’énergie promis? Ai-je vraiment passer la nuit à ne pas vraiment dormir? Je suis troublée et il me faut un certain temps avant de trouver la motivation pour me mettre en mouvement.

Je me prépare un petit-déjeuner et ma tisane habituelle. Le yoga attendra son tour car ce n’est pas ce dont j’ai besoin à cet instant. J’étire le temps jusqu’au moment où j’ai une impulsion.

Dans la maison, un coup d’aspirateur est requis ainsi que de ranger quelques trucs qui traînent par-ci, par-là. Dans mon esprit se forme un plan, et je m’exécute. Je prends soin de cet environnement, je me l’approprie. Et une fois que je m’estime satisfaite, je vais m’installer sur mon tapis de yoga. Désormais, je me sens éveillée, prête à recevoir les bienfaits. Je continue à pratiquer seule, sans guide. C’est très introspectif et par moment, je me perds dans les méandres de mes pensées. Je retrouve le chemin, par la respiration.

Après un bon repas et une sieste inopinée, je vais passer l’après-midi avec ma famille. Des instants doux et rassurants. Et au moment de rentrer, je détourne mon chemin pour aller voir le lac. Ni la grisaille, ni la pluie de m’effraie. L’eau est mouvementée et elle joue sa musique relaxante.

Sur mon chemin, je croise un premier ponton en pierre. Au bout de celui-ci, les mouettes font concurrence aux canards. Après quelques minutes d’observations, je continue ma route, en quête d’autres merveilles.

Pendant que je longe la côte, l’eau tente d’atteindre mes jambes en se fracassant contre les rochers. À chaque fois, les gouttes me manquent de peu. Un second ponton en pierre attire mon oeil. Il est recouvert d’une belle mousse verte. Je décide de m’aventurer jusqu’à son bout. Je redouble d’attention, afin de ne pas glisser et parviens jusqu’à la pointe. Je remarque que le vent est levé, le froid frotte mes joues et je range mes mains plus profondément dans mes poches.

Puis, je reviens sur mes pas et continue ma route. Mes pas m’amènent sur une petites plages de galets. Mon regard se porte sur l’horizon, puis sur les vagues roulant dans ma direction. L’écume et sa mélodie m’hypnotisent.

Et pendant que je me déplace, je fixe le sol. La multitudes de formes, de tailles et de nuances m’aspirent. Je me baisse et touche la texture solide et râpeuse des cailloux. Malgré le froid et l’humidité, j’allonge le temps sur cette plage. Je m’extasie devant chaque pierre, aussi banale soit-elle. J’ai la sensation de marcher sur mille merveilles.

Ce n’est lorsque les lampadaires, sur la promenade, s’allument que je décide de rentrer.

Le soir, je vais prendre le temps d’écrire brièvement, mes idées sont brouillons ces jours.

Je vais m’endormir, heureuse d’avoir pu vivre une si douce journée, malgré qu’elle n’ait pas commencé comme je l’aurais souhaité. Comme quoi, il y a toujours de l’espoir.

Jour 72 – Hommage

Photo de Sam Kolder sur Pexels.com

C’est un jour particulier. Il commence par une grasse matinée, un fait plutôt inhabituel. J’avais sûrement besoin d’un peu plus de sommeil que d’habitude. Puis, je me lève avec l’envie de prendre le temps d’émerger. Je commence par lire les nouvelles, dans le journal. Et c’est à ce moment-là que je ressens un déchirement. J’apprends le décès d’une jeune femme connue, atteinte de deux maladies rares dont une, la même que la mienne. Elle s’appelait Faustine Nogherotto.

Vous vous en êtes aperçu, je parle souvent d’elle, ma colocataire. Elle rythme mon quotidien, malgré moi. Je ne veux pas être réduite à son étiquette, c’est pour ça que j’ai fait le choix, jusqu’ici, de ne pas réellement mentionner son nom. Pourtant, je n’ai aucun mal à parler de celle qui tente de mener ma vie. Et c’est aussi pour cette raison que j’ai débuté ce blog, pour reprendre le dessus. Pour montrer que je peux encore prendre des décisions et des choix pour mener ma barque. Et ce matin, pavé dans la marre. Un ange rejoint le ciel.

Lors de mon diagnostique, j’ai cherché des informations sur internet, pour pouvoir comprendre et appréhender ce qui m’attendait. Ma pathologie touche généralement les personnes autour de la cinquantaine, alors je n’ai pas trouvé de pistes me permettant de m’identifier. J’avais besoin d’un modèle aussi proche en âge de moi, pour savoir comment vivre avec. Je cherchais le mode d’emploi à quelque chose d’inexplicable. Pendant ces recherches, je suis tombée sur cette jeune femme. Je m’étais sentie un peu moins seule. Elle avait à coeur de faire connaître les deux maladies rares dont elle était atteinte afin de faire avancer les recherches inexistantes.

Je ne la connaissais pas personnellement, pourtant, j’ai ressenti du chagrin. Elle a eu recours au suicide assisté, en Belgique. Ce n’est pas anodin comme acte mais je suis heureuse qu’elle ait pu partir sereinement, entourée de ses proches. J’espère que de là où elle est, elle est apaisée.

Constater qu’elle ne s’en est pas sortie indemne m’a fait un électrochoc. J’ai ressenti de la peur, de moi aussi, ne pas y arriver. Elle a été diagnostiquée autour de ces vingts ans et s’en est allée onze années plus tard. Je sais pertinemment que pour chaque malade, c’est une autre maladie. Mais cette nouvelle vient nourrir mes craintes les plus profondes face à mon avenir de malade chronique. Je n’ai jamais eu spécialement peur de mourir, mais cette fois-ci, plus que jamais, je n’ai aucune envie de laisser ma peau si vite. Je lui dédie mes larmes pendant quelques minutes et envoie toutes les plus douces pensées à ceux qui lui sont restés.

Et je reprends mes esprits, pour elle. Comme un hommage, je décide que pour elle et pour tous ceux souffrant dans le silence, je ne dois pas m’arrêter à l’étape de la peur. La peur n’empêche pas le danger. Et je ne peux pas gaspiller ce temps précieux, où je suis encore capable de vivre mille expériences fabuleuses. Je ne peux pas faire ça, rien que par respect pour les autres.

Alors malgré la boule dans ma gorge, je me lève. Je dois me lever et je dois affronter cette vie, peut importe les obstacles.

Et je commence par le yoga, comme chaque matin. Je sèche mes larmes et intérieurement, même si c’est encore le chaos émotionnel, je fais le vide. Je dédie ma séance, chacune de mes inspirations et tous mes gestes à toi, jolie ange. Et aujourd’hui, c’est la dernière séance du voyage avec Adriene. Une aventure qui s’achève, ainsi qu’une vie parmi tant d’autres. Adriene dit que dans chaque fin se trouve un nouveau commencement. Si elle savait comme ces mots raisonnent en moi. La particularité de la séance est qu’elle va pratiquer de son côté, sans donner d’indications à l’oral. Je commence la pratique et sors tous les outils appris jusqu’ici. La musique douce de la vidéo m’accompagne. Par moment, je jette un regard sur l’écran pour me rassurer, elle est toujours là. Puis, je plonge profondément dans mon corps et dans un espace alternatif. Je suis complètement engagée dans ma pratique et je recherche les postures me faisant du bien. Je n’ai pas conscience du temps et je n’en veux pas. En me retrouvant en posture du cadavre, je médite. Et lorsque je sors de cet état introspectif, je m’aperçois que la vidéo s’est terminée. Je ressens une certaine fierté d’avoir pratiquée seule durant une heure. C’était magique, apaisant. Je n’ai pas plus de mots, c’était puissant.

Le reste de la journée, je dédie mon temps à l’écriture, à me nourrir et à prendre le temps de profiter de vivre. Je n’ai pas besoin d’en dire plus car tout ce dont j’aimerais me souvenir réside dans les lignes précédentes. Malgré ces nouvelles bouleversantes, c’est une journée qui mérite d’être vécue et encore plus que toutes les autres.

Jour 71 – Se laisser vivre, c’est peut-être ça le secret

Ce matin, je me réveille avec lenteur. Mes yeux sont ouverts, mon corps se met en mouvement pour sortir du lit et malgré tout cela, je continue à dormir. Pendant quelques heures, je m’accorde le droit d’émerger. C’est le week-end, après tout.

Une fois que je me sens prête à commencer enfin cette journée, je rejoins mon tapis de yoga pour la séance du jour. C’est l’avant dernier jour du calendrier proposé par Adriene. Je suis focalisée sur l’instant et le savoure avec délicatesse.

Après la séance et une douche, je me retrouve en cuisine. Il est déjà l’heure du repas de midi que j’entame mon petit-déjeuner. Les heures n’ont aucune importance.

Cette après-midi, je décide de continuer à coudre. J’enclenche la musique avec laquelle je fredonne et le temps s’écoule.

En fin d’après-midi, je me prépare une soupe et le ventre réchauffé, alors que la luminosité décline, je me rends en balade. Aujourd’hui, il fait gris et il pleut sur la vie. Je choisis de me rendre près du lac, la promenade promet d’être vide vu le temps. Il ne fait pas spécialement froid et l’ambiance désertique m’apaise. L’eau est plutôt calme et les canards flottent à sa surface. Sur mes pas, la nuit tombe. Malgré la froideur des teintes qui m’entoure, cet balade me réchauffe le coeur.

Sur mes pas, la nuit tombe. Malgré la froideur des teintes qui m’entoure, cet balade me réchauffe le coeur. Et lorsque les lampadaires illuminent mes pupilles, il est temps de rentrer.

Après un bon repas, je décide d’écrire. J’ai cette impression d’avoir mille choses à dire. Mille songes qui doivent sortir de ma tête. Je ne ressens pas la fatigue comme si mon corps me donnait la permission d’aller jusqu’au bout de ce que j’ai entamé. Et vient le moment de mettre un point final. Dès ce moment précis, je vais me mettre dans mon lit et aussi soudainement, mon corps se relâche pour me laisser glisser vers le repos.

Je suis heureuse, ce fut une douce et belle journée.

Jour 70 – Météo changeante

Aujourd’hui, la banalité du quotidien me rattrape. J’ai de la lessive à faire et c’est l’activité qui va rythmer ma matinée.

Entre chaque minuterie pour descendre à la buanderie, je m’active. Pendant que la machine tourne, je profite pour avancer de la paperasse, que j’ai repoussé jusqu’à maintenant. Puis, je reprends l’écriture. Je ne cesse d’être coupée par la sonnerie me rappelant d’aller lancer une autre machine. Suspendre le linge est un défi physique, je tente de m’occuper l’esprit par un peu de musique. Et ainsi, la matinée défile, entre écriture et le linge propre.

La satisfaction d’accomplir des choses si simples, me nourrit. La satisfaction d’en être capable.

Je n’ai pas encore pu faire ma séance de yoga et je dois admettre qu’à chaque fois que je croise mon tapis du regard, je ressens un pincement. Ne pas avoir pratiqué dès le réveil me manque.

Lors du repas de midi, la lessive n’est toujours pas finie. J’attends d’avoir pleinement achevé cette corvée pour pouvoir passer à une activité plus récréative.

Dehors, depuis ce matin, les éléments se déchainent. J’ai eu l’occasion de les observer. Il y a eu la brume matinale puis la pluie battante et en continu, le vent balaie l’horizon. Les rafales sont si fortes que j’entends le sifflement continuel. Par moment, le soleil perce les nuages et j’ai même pu apercevoir un morceau de ciel bleu. De courte durée car le vent s’affaire à ne laisser aucune chance à une météo stable. Il règne en maître sur cette journée humide. Au loin, je devine les moutons sur le lac, la mousse blanche produite par les mouvements incessants des vagues. La couleur de l’eau est disparate. Par endroit, elle se veut bleu foncée et à d’autre, elle va du vert gris au vert fougère, intense. Certaines côtes sont brunie. Ce tableau insuffle en moi l’envie d’aller braver le froid.

Lorsque la machine se termine enfin, je suis dans un état approximatif. Je suis heureuse d’être parvenue au bout de ma corvée mais je suis frustrée de m’apercevoir que j’ai des douleurs fracassantes. Elles partent de la pulpe de mes doigts pour atteindre mes épaules et descendre au centre de mon dos. Depuis le réveil, c’est l’escalade douloureuse. J’ai tenté de l’ignorer mais en me rendant sur mon tapis, je suis heureuse d’y arriver mais je suis fâchée d’être dans un état aussi inconfortable que celui-ci. En posant la plante de mes pieds sur le tapis, je suis pessimiste sur mes capacités. Je me dis que la douleurs remplacera le bien-être et que ma séance est déjà gâchée. Et doucement, je m’encre dans la pratique, les postures et ma respiration. Et sans m’en apercevoir, je ne ressens plus rien de négatif. Je suis dans un espace différent. Il est protecteur, bienveillant et puissant. La magie a opéré et je m’en aperçois d’autant plus, lors de ma dernière expiration, avant d’ouvrir les yeux.

Je décide d’aller profiter de prendre l’air. Je m’habille et me lance dans la rue, sans destination précise. Comme d’habitude, la pluie en plus. À la différence que cette fois-ci, je regrette très vite d’être dehors. La douleur reprend plus vivement, ainsi que la fatigue. J’ai l’impression que mon corps entier me tire vivement vers le sol. Comme si la gravité était soudainement plus forte pour moi. Et la frustration revient. Je suis déçue de n’avoir pas pu profiter d’aller dehors lorsque j’avais de l’énergie. Je suis fâchée d’être contrainte de souffrir. Je ne trouve plus l’intérêt d’être dehors. Alors, je fais marche arrière, complètement désemparée par toutes les émotions envahissantes.

Et pendant que mes pensées s’enfonçent plus profondément dans une spirale déprimante de complainte, d’agacement et de déception, quelque chose attire mon oeil. Sur le trottoir mouillé, appuyé contre le poteau, un gros caillou. Il me surprend car d’habitude, il n’y a pas de caillou sur ce trottoir. D’autant plus qu’il est d’une belle taille et je me demande donc comment il est arrivé-là. Plus je m’en approche, plus je m’aperçois qu’il y a autre chose d’étrange. Arrivée à sa hauteur, je marque un arrêt et observe.

Fantastique

Et soudainement, je me mets à penser que c’est un signe de l’univers. Je m’imagine que le destin a décidé de me remonter le moral. Comme si le destin voulait que je n’oublie pas que la vie, malgré tout, c’est fantastique.

Je souris.

Je continue ma route, le coeur plus léger et acceptant de devoir rentrer pour me reposer. Cette fois, je ne suis plus fâchée. Quelques mètres plus loin, je trouve une autre pierre.

Formidable

Je marque encore une fois un arrêt, avec la curiosité de lire le mot. J’ai l’impression de participer par hasard, à un jeu. C’est formidable et je suis émerveillée par la magie de ce moment.

Magique

Et au troisième et dernier caillou que je rencontre, je suis reconnaissante envers la personne qui m’a fait vivre ce moment magique. Je ne pense pas que cette personne ait conscience qu’elle a fait basculer mes émotions et m’a allégé d’un poids. J’avais juste besoin d’un signe pour tout lâcher et pouvoir avancer vers mon bien-être. Alors, même si elle ne le saura jamais, je l’en remercie. Ces trois petits mots, si bien choisis, ont peint un doux sourire sur mon visage. Mais surtout, ces trois grosses pierres, m’ont fait réalisé que j’avais oublié d’apprécier le plus simple. Pendant quelques heures, je m’étais laissée happée par la négativité et je ne savais plus savourer toute la richesse de ma vie.

En rentrant, mes douleurs n’ont pas disparu. Elles sont si vivaces qu’elle me font douter. Comme si c’était pire que d’habitude et qu’au fond, je n’avais jamais vraiment eu mal. Pourtant, je sais que c’est faux. Déterminée à retrouver un peu de bonheur, j’enclenche le diffuseur et choisis un mélange d’huiles essentielles d’orange douce et de lavande. Dans cette ambiance parfumée et apaisante, je prends ma liseuse et m’allonge. Mon corps se relâche et je parviens à faire abstraction des sensations. Calme et réconfortée, c’est ainsi que je vais passer le reste de ma soirée.