Jour 74 – Les merveilles de la nature

En ouvrant les yeux, je redoute déjà que la spirale ne s’installe. Ce matin, j’aimerais bien m’enterrer sous la couverture. Où sont passés le repos et le regain d’énergie promis? Ai-je vraiment passer la nuit à ne pas vraiment dormir? Je suis troublée et il me faut un certain temps avant de trouver la motivation pour me mettre en mouvement.

Je me prépare un petit-déjeuner et ma tisane habituelle. Le yoga attendra son tour car ce n’est pas ce dont j’ai besoin à cet instant. J’étire le temps jusqu’au moment où j’ai une impulsion.

Dans la maison, un coup d’aspirateur est requis ainsi que de ranger quelques trucs qui traînent par-ci, par-là. Dans mon esprit se forme un plan, et je m’exécute. Je prends soin de cet environnement, je me l’approprie. Et une fois que je m’estime satisfaite, je vais m’installer sur mon tapis de yoga. Désormais, je me sens éveillée, prête à recevoir les bienfaits. Je continue à pratiquer seule, sans guide. C’est très introspectif et par moment, je me perds dans les méandres de mes pensées. Je retrouve le chemin, par la respiration.

Après un bon repas et une sieste inopinée, je vais passer l’après-midi avec ma famille. Des instants doux et rassurants. Et au moment de rentrer, je détourne mon chemin pour aller voir le lac. Ni la grisaille, ni la pluie de m’effraie. L’eau est mouvementée et elle joue sa musique relaxante.

Sur mon chemin, je croise un premier ponton en pierre. Au bout de celui-ci, les mouettes font concurrence aux canards. Après quelques minutes d’observations, je continue ma route, en quête d’autres merveilles.

Pendant que je longe la côte, l’eau tente d’atteindre mes jambes en se fracassant contre les rochers. À chaque fois, les gouttes me manquent de peu. Un second ponton en pierre attire mon oeil. Il est recouvert d’une belle mousse verte. Je décide de m’aventurer jusqu’à son bout. Je redouble d’attention, afin de ne pas glisser et parviens jusqu’à la pointe. Je remarque que le vent est levé, le froid frotte mes joues et je range mes mains plus profondément dans mes poches.

Puis, je reviens sur mes pas et continue ma route. Mes pas m’amènent sur une petites plages de galets. Mon regard se porte sur l’horizon, puis sur les vagues roulant dans ma direction. L’écume et sa mélodie m’hypnotisent.

Et pendant que je me déplace, je fixe le sol. La multitudes de formes, de tailles et de nuances m’aspirent. Je me baisse et touche la texture solide et râpeuse des cailloux. Malgré le froid et l’humidité, j’allonge le temps sur cette plage. Je m’extasie devant chaque pierre, aussi banale soit-elle. J’ai la sensation de marcher sur mille merveilles.

Ce n’est lorsque les lampadaires, sur la promenade, s’allument que je décide de rentrer.

Le soir, je vais prendre le temps d’écrire brièvement, mes idées sont brouillons ces jours.

Je vais m’endormir, heureuse d’avoir pu vivre une si douce journée, malgré qu’elle n’ait pas commencé comme je l’aurais souhaité. Comme quoi, il y a toujours de l’espoir.

Jour 66 – La forêt magique

Lorsque la sonnerie du réveil vient me chercher, je suis déjà éveillée. Je profite encore quelques instants de la chaleur enveloppante du lit et finis par me lever. D’un pas léger, je me dirige vers mon tapis de yoga. Avant de commencer la pratique, j’observe avec joie qu’il a neigé cette nuit. La ville est tapissée de blanc. J’enclenche la séquence et me mets en mouvement. J’analyse les sensations, je me sens forte. Ma respiration devient plus profonde et je cherche dans mes gestes, une certaine justesse. Cette manière de commencer la journée me permet de réellement prendre conscience de mon corps et de son pouvoir. C’est confiante que je quitte mon tapis.

Après le petit déjeuner, j’attaque la partie administrative de mes obligations. Plus vite c’est fait, plus vite je fais autre chose. Et étonnamment, je balaie ça plus rapidement que je ne l’aurais imaginé.

Ensuite, je décide d’écrire. Assise à mon bureau, une douleur dans le bas du dos se fait de plus en plus insistante. Au départ, je tente de l’ignorer. Puis, je songe à aller marcher car peut-être ça pourra débloquer ce point de tension. Je jette un oeil à travers la fenêtre et m’attarde sur la météo. La neige a repris et l’horizon est brumeux. Par moment, ce sont de gros flocons et à d’autres, presque de la grêle. Je vois les branches de mes plantes vaciller au gré du vent et j’imagine le froid qu’il doit faire. Pour le moment, j’abandonne l’idée de mettre mon nez dehors. Alors pour pouvoir continuer à écrire, je surélève mon bureau et ainsi, j’écris debout. Peu à peu, la tension s’atténue et moi, je peux continuer à profiter de poser les mots.

L’heure du repas me sort de mon texte pour aller préparer à manger. Et puis je passe à table.

L’après-midi, je fais un peu de couture. Je mets la musique et mes doigts s’activent sur le tissus. Je manie l’aiguille et les épingles délicatement et avance ainsi, doucement dans mes projets créatifs. Je suis complètement immergée dans ce moment où mes mains sont occupées et mon esprit est plongé dans un espace sans pensées. Par moment, je fredonne avec la musique. Plus d’une heure s’est écoulée lorsque je lève le nez. À la fenêtre, l’horizon s’est éclairci. Je saisis ma chance. Je prépare un thé, enfile mes bottes de neige et m’enveloppe dans des habits chauds. C’est parti pour l’aventure car j’ai besoin de nature.

Je me dirige vers la forêt la plus proche. A l’orée du bois, je ressens une sorte d’excitation. Le soleil illumine pleinement mon visage tandis que les arbres sont entièrement recouvert de blanc. Tout ça me procure déjà beaucoup de joie.

Le chemin que j’emprunte débute par des escaliers, glacés et enneigés. Chaque pas est un défi à part entière.

Arrivée au sommet, la forêt s’ouvre à moi, comme un cadeau. À cette heure-ci, je suis seule et ce n’est pas pour me déplaire. Il y a une ambiance magique qui se dégage. Le son de la neige qui craquette sous mes pas de velours m’émerveille.

Et le soleil qui tente de m’apercevoir entre les arbres, c’est irréel.

J’évolue dans cette environnement froid, m’arrêtant, ça et là pour observer ce que la nature a à me proposer.

Plus loin, j’atteins un point culminant duquel j’aperçois le lac, timidement. Il est loin mais de son oeil brillant, il m’attire. Je monte sur un tronc enneigé pour mieux pouvoir le contempler. De mon perchoir, j’observe aussi la ville. D’ici, elle paraît calme, en ce milieu d’après-midi. Pourtant, je sais pertinemment qu’elle grouille.

Puis, le froid me surprend et je me remets donc en mouvement. Je profite d’emmagasiner le plus d’air frais possible, comme pour en faire des stocks, près de mes poumons. Et lorsqu’il est temps, je rebrousse chemin. Je repasse sur mes traces et fais mes adieux à ce lieu, si précieux.

C’est avec un sourire permanent que j’arrive à la maison. Je me prépare un thé, pour réchauffer mon corps et vais m’installer confortablement dans le canapé. Naturellement, je saisis mon livre, sentant que c’est le moment propice pour continuer de dévorer ce roman. Et rapidement, je me plonge dans l’histoire. Je reste ainsi jusqu’à ce que le soleil se couche et plus encore.

Après le repas, je savoure encore cette journée. Malgré mes yeux piquants de fatigue ainsi que mon corps, brulant de douleurs, je ne peux m’empêcher d’être particulièrement heureuse et reconnaissante. Sereine, je m’endors.

Jour 60 – Au bon endroit, au bon moment

Se frayant un chemin entre les bâtiments puis les arbres, le soleil parvint tout de même à atteindre mon front pour y déposer l’un de ses doux rayons.

Je sors du sommeil paisiblement. La nuit fut longue et favorable. Et c’est revigorée que je me lève et avance vers mon tapis. Comme je le disais hier, je n’attends que ça, dès mon réveil.

La voix d’Adriene fait désormais partie de mon quotidien et je l’écoute les yeux fermés. Elle guide mes gestes avec précisions et aujourd’hui encore, la séance se fait plus longue que la veille. Cette pratique commence en douceur et de manière insidieuse, des postures offrant plus de défis font leur apparition. Je les appréhende avec confiance et me lance, intrépide. Je n’ai pas peur d’échouer.

Après ma séance, une idée rôdait dans mon esprit depuis quelques semaines. J’ai envie de faire le tri dans mes vêtements, de me séparer de ce que je ne porte plus. Je m’exécute.

Vers midi, les choses avancent et je décrète le besoin d’une pause.

Je me prépare un repas et profite de ce moment de calme pour reprendre des forces.

Ensuite, je continue le rangement. C’est physique. Déplacer les tas de vêtement, me baisser souvent, je le sens, ce n’est pas simple. Je persévère car faire le tri m’apporteras un espace de liberté dans mon organisation qui ne sera pas de refus. Pourtant, vers quatre heure, j’observe le soleil brillant, à travers la fenêtre. Je me sens fatiguée au point de dormir mais je n’en ai pas envie. J’aimerais arriver au bout de ma quête. Je ne fais que de m’asseoir et je suis au point mort. Alors pour conjurer le sort et me remotiver, je décide de m’octroyer un moment plus fun.

Je vais dehors. Je reprends le même chemin qu’hier, voulant découvrir les possibilités. Dans le parc, le soleil vient me chatouiller, en passant entre les arbres. Je le prends comme une confirmation de l’univers, je suis au bon endroit, au bon moment. Cette pause de nature est ce dont j’avais besoin. J’immortalise le moment.

Puis je rentre, d’un pas décidé à finir ce que j’ai commencé. Aussitôt je passe la porte que je finis le rangement de mes armoires. Puis je remplis des sacs d’habits à donner, ils rendront quelqu’un d’autre plus heureux que moi et pour les vêtements trop usés, je les mets dans ma boite à couture.

J’ai mérité de pouvoir aller me poser un petit moment. Je décide d’utiliser ce temps pour l’écriture. En fond musicale, je mets du Chopin, c’est un de mes compositeurs préférés. Les mots défilent presque en rythme. Plongée dans ma bulle, je ne vois pas le temps qui défile et c’est mon estomac qui me rappelle à l’ordre. Les gargouillis sont vifs et autoritaires. Alors, je me plis à la demande vitale et me dirige vers la cuisine pour me sustenter.

Plus tard, au moment d’aller me mettre au lit, j’aperçois une lueur vive à travers la fenêtre. Une demie lune est suspendu juste en dessus de la pointe la plus haute de la cathédrale. Elle rayonne dans l’obscurité, offrant sa beauté à quiconque souhaiterait l’observer. Je vole cet instant à la nuit et vais me coucher, le coeur léger.

Jour 58 – La simplicité est une source de bonheur inépuisable

Ce matin, lorsque je prends conscience de mon corps, ma première pensée me conduit devant la fenêtre. Je dois m’assurer que ma promesse a été tenue. La neige est là, quel soulagement. Durant la nuit, elle n’a pas fuit. Et la seconde bonne nouvelle, c’est que pour le moment, je me sens en pleine forme. Sûrement un effet de l’enthousiasme que je ressens à l’idée d’aller à l’extérieur.

Je croque dans un petit gâteau de la veille, prépare une tisane et file m’habiller. J’adore ressortir tous mes vêtements chauds. J’enfile les couches une à une et me voilà prête. Direction, la forêt.

Il fait plutôt gris, le soleil ne se montrera pas, je pense. Plus je m’approche de ma destination, plus la neige s’amasse. Tout est blanc et même le brouillard est de sortie. Sur la route, je ne vois plus que la voiture qui me précède et celle qui me suit. Autour, c’est le vide.

Arrivée dans la forêt, je ne sais plus où donner de la tête. La couche de neige est épaisse, les arbres sont majestueusement recouvert et la température caresse mes joues. Chaque pas que je fais produit un craquement, tendre. Je suis submergée par toutes cette beauté environnante. Elle m’émeut et me remplit de joie que je dois évacuer en sautillant dans l’or blanc. J’avance ainsi, entre marche et pas rapides joyeux. Avec mes gants, j’ose parfois toucher pour sentir la texture si particulière. C’est magique. Pendant ce temps, au centre de mon corps, une chaleur enveloppante se crée. C’est un instant de pur bonheur. J’arpente la forêt pendant plus d’une heure, au hasard. Chaque arbre est unique et l’envie de m’arrêter pour observer chacun d’entre eux me traverse. Mon côté aventureux lui, souhaite découvrir tous les chemins possibles. Alors j’alterne entre l’exploration et la contemplation.

Vient le moment de rentrer, la tête pleine de belles images et le coeur remplit d’allégresse.

En arrivant à la maison, je suis encore pleine d’énergie. Je profite d’elle pour aller me mettre sur mon tapis de yoga. Par tout hasard, cette séance n’est pas axée sur les mouvements mais plutôt la respiration. Ce n’est pas plus mal vu l’activité que j’ai fait ce matin. Cette opportunité de ralentir le rythme est un cadeau. J’ai l’impression d’expirer encore l’air précieux de la forêt. C’est un moment suspendu, enrichissant et lent.

À la fin de ma pratique, vient le moment de manger. Heureusement, j’ai gardé des restes de la veille. Rapide et satisfaisant.

En début d’après-midi, je décide de prendre le temps d’aller me faire couler un bain, afin de détendre mes muscles. Dans l’eau, je plonge dans les souvenirs de la matinée. Le sel d’Epsom apporte à mon corps ses propriétés décontractantes et relaxantes. Je me sens réellement bien.

En sortant du bain, l’envie de lire me saisit. Je m’installe confortablement et commence un nouveau roman. Et sans l’avoir vu venir, mes paupières commencent à se clore. Je donne ma permission, repos accordé.

À mon réveil, je me sens plus paisible que jamais. Cette sieste a été douce et onctueuse.

La nuit commence à tomber. Je profite de lire encore quelques instants. Soudainement, mon récit est coupé par une pensée. Et si j’allais écrire? Je m’exécute. Et doucement, de petites ondes électriques s’installent dans ma mains droite. Je tente de la bouger le moins possible tout en continuant à écrire. J’ai envie d’arriver au bout de mon article. Et je ne laisserais rien entacher cette merveilleuse journée.

En allant me coucher, une bonne fatigue m’accompagne, c’est agréable.

Jour 54 – Vide

Réveil difficile. Nauséeuse, douloureuse.

Il est encore tôt, l’obscurité par la fenêtre me le confirme. Je me lève, résignée car le sommeil n’a plus rien à m’offrir. Je me persuade de ne pas réfléchir et avance automatiquement en direction de mon tapis de yoga. Je suis mise dans le bain de cette journée bien rapidement, tellement que je ne ressent rien de spécial. Je suis encore endormie. La seule chose qui est sûre, c’est que lorsque la vidéo se termine je n’ai plus la nausée. Je me félicite d’en être arrivée là. Je suis passée au-dessus des contraintes physiques et me suis accordé ce temps.

Plus tard, je suis entourée de ma famille. Je ne suis pas spécialement en forme. Alors je suis simplement heureuse d’être bien entourée et de traverser la tempête avec eux.

Je n’ai rien fait aujourd’hui. Rien. Le vide.

Je ne ressens aucune culpabilité. Je ne suis pas non plus triste. C’est un jour comme ça.

Je dois ajouter que j’ai tout de même réussi à me nourrir correctement malgré tout. Je ne perds pas le nord.

Je repense beaucoup aux derniers jours que je viens de vivre. Je suis tellement épatée et reconnaissante de pouvoir vivre.

J’en profite pour vous partager ce petit moment volé, l’autre jour. C’était fabuleux. J’adore le revoir et l’écouter. Ça me replonge dans ce joli matin hivernal.

Je ne peux que me réjouir des prochains jours.

Jour 48

Ce matin, réveil douloureux. J’entends les douleurs mais je ne veux pas les croire. Je ne veux pas entendre ce qu’elles disent. Elle murmurent que la journée commence mal. Elle insuffle une difficulté supplémentaire. Je dois réunir toute la motivation du monde pour me tirer du lit. Me voilà debout.

Je rejoins la voix d’Adriene, sur mon tapis de yoga. J’ai pris goût à la séance en pyjama. Je peux garder la sensation d’être encore entrain de dormir. La séance travaille énormément les abdominaux. Les miens sont loins d’être en béton mais comparés aux exercices me demandant d’être debout, j’éprouve moins de difficultés. Ou surtout, beaucoup moins de douleurs dans cette zone. Enfaite, lors des autres séances, il faut que je distingue la difficulté normale et la combinaison douleurs/difficultés. En effet, j’ai à la fois mal et à la fois, moins de facilité qu’avant. En tout cas, de ne pas faire de posture douloureuse me rend confiante. Et toutes ces respirations prises consciemment font définitivement taire la petite voix sournoise que j’avais dans la tête, lors de mon réveil.

Je me rends à un rendez-vous médical. En sortant, le soleil dépose un bisou sur mon front. Il fait beau. Le ciel est bleu, il ne manquerait plus que les oiseaux chantent. La température de l’hiver se bat avec le soleil pour rester négative. Cet environnement m’invite clairement à en profiter. Je me sens fatiguée. Je sens mes membres sans énérgie mais je ne suis pas très loin du lac. Par un soleil pareil, c’est cruel. Je tergiverse quelques minutes. Aller me reposer ou regrouper mon énergie et prendre plus d’air. Seconde option pour moi. J’en ai réellement envie. Je ne veux plus frustrer mon esprit. Malgré le froid, c’est comme si je rattrapais tous les mois où je ne pouvais plus bouger un doigt. Le soleil, l’air, le vent, les odeurs, et tant d’autres, autant d’éléments qui m’ont manqués.

Arrivée au bord du lac, je suis éblouie. C’est merveilleux. La promenade est presque désertique. Quelques enfants jouent, nourrissent les canards. Quelques badauds font comme moi, ils déambulent. Vers les quais, l’eau semble calme, le vent est muet. Il fait glacial, réellement. Mais les rayons jaunes me réchauffe le visage, l’âme. Plus loin, l’ambiance est différente. Je vois la réelle nature de l’eau. Il y a des vagues dignes de la mer. Aucun bateau ne navigue pourtant, c’est l’oeuvre du vent. L’eau gesticule, fait de grands mouvements. Ça crée un rythme apaisant. Les vagues se jettent à corps perdu sur les rochers, donnant le tempo. Et le vent souffle sur moi, à m’en faire perdre les doigts. Je suis émerveillée par tous ces détails. Il y a tellement de belles choses à percevoir, ressentir et observer. C’est une infinie ressource. Je m’installe sur le rebord en pierre. C’est froid sous mes fesses mais mon coeur est chaud. Je suis au centre de ce magistral spectacle. Je n’ai pas de mots. Je ressens des vibrations lorsque les vagues frappent les rochers. Les gouttelettes volent et scintillent dans les airs. Le reflets sont si puissants que j’en plisse les yeux. Par moment, le vent me contraint à clore mes paupière pour éviter aux larmes de tomber. Je reste là. J’écoute cette musique saisissante. Je suis aveuglée. Je ne me lasse jamais du lac. Je ne saurais pas l’expliquer. A toutes les saisons, il sait m’épater et m’apporter ce dont j’ai besoin. Je suis reconnaissante d’avoir ce point énergétique si puissant, prêt à me porter dans les épreuves de la vie. Je ne pense à rien. Je laisse l’eau nettoyer mon esprit.

Pssst! Le son de l’eau est disponible ici.

L’inévitable arrive, je rentre.

Je me prépare un repas et je ne le sais pas encore, mais c’est la dernière activité que je fais aujourd’hui. Lorsque mon ventre est satisfait, je m’aperçois que mes membres sont devenus lourds. Sur mes épaules, un poids envahissant se pose. J’ai de plus en plus de mal à comprendre ce qui m’entoure. Le temps passe ou plutôt, je le laisse passer. Chaque geste devient un véritable effort. Allongée, même me retourner me coûte. Je fonds dans la lourdeur de l’inaction. J’attends. La nuit tombe et avec elle, je perds du terrain. Je navigue en plein brouillard, ne trouvant plus comment associer mes pensées aux mots. Je ne sais plus utiliser la parole. Je bégaye. Je ressens l’épuisement, les douleurs et doucement, la faim. Je n’ai pas la force de cuisiner, je n’ai pas le choix de décider quoi manger. Je ne sais plus. Je prends de longues minutes pour arriver dans la cuisine. Réussir à me baisser pour prendre un repas dans le congélateur. Je remercie mon moi du passé d’avoir congelé des plats, tout prêts, en prévoyance des jours compliqués. Ainsi, je continue mon engagement de bien me nourrir.

Mon état d’esprit est paisible, je patiente que l’orage passe. J’accepte le sort et attend mon tour, pour revivre. Je regarde dans mon téléphone, les images prises plus tôt. Beaucoup de reconnaissance d’avoir vécu ces moments riches. Puis je tente d’écrire. Vu mon état, c’est comique. Je décide de noter quelques mots clés et me promets de faire le reste demain, de rendre honneur à cette belle journée qui s’achève.

Jour 44

Photo de Ivan Bertolazzi sur Pexels.com

J’émerge en douceur. En un clin d’oeil, je suis sur le sol, prête à suivre la séance de yoga. Je tais les appréhensions d’hier pour laisser un espace neutre pour pratiquer. Ouvrir le champ des possibles. Ma respiration est profonde. Les gestes dictés sont lents et précis. Je me retrouve parfois en difficultés. J’avise, je compose et me dépasse. Je vais au delà des limites tristement imposées par la maladie. La session s’achève plus vite que je ne l’aurais pensé.

Je me sens réveillée, prête à vivre ce jour.

Dehors, la neige tient encore. Elle tend à disparaître mais elle aussi, elle persévère. Le ciel est uniformément gris clair. Malgré le manque de soleil apparent, c’est lumineux. Sur mon balcon, l’eau s’est figée. Elle témoigne du froid qui règne.

Après un petit déjeuner savoureux, je m’installe sous un plaid, dans le canapé. La créativité démange mes doigts. Mes doigts se déplacent en cadence. J’écris. J’analyse mes pensées et je décortique ma vie. Je repense ma vie durant quelques heures.

Je me sens sereine.

Plus tard, je m’en vais en cuisine me préparer un repas. Tout en cuisinant, je me fais une réflexion.

Ces dernières semaines, j’ai réussi à prendre le temps pour écrire, pour bouger. J’ai réussi chaque jour à me centrer un peu plus sur mes sensations et mes besoins. Cependant, je suis passée à côté d’un point essentiel. L’alimentation. Mon rapport à celle-ci est très fluctuant. J’apprécie cuisiner et j’aime déguster. Mon panel d’aliment est un peu (doux euphémisme) restreint dû à ma santé. Avec tout ça, j’ai réussi à garder mon appétit. Pourtant, je m’aperçois que certains jours, je néglige de m’alimenter. Loin de moi l’idée d’un régime ou d’une restriction. J’ai parfois tellement consacré d’énergie aux autres activités que lorsque je dois préparer à manger, je suis au point mort. Mon estomac est si vide qu’il ne me permet pas de passer une heure derrière les fourneaux. Ne pouvant pas manger de tout ce que je veux, je ne peux pas non plus jeter mon dévolu sur un plat rapide et satisfaisant. Je suis coincée et je me retrouve à manger un peu n’importe comment. Souvent pas assez. Je ne parle pas non plus de la qualité des aliments, je ne diabolise aucun d’entre eux. Je ne suis pas à la recherche d’une alimentation plus saine ou que sais-je. J’ai besoin d’instaurer une régularité. Aussi ridicule que cela puisse paraître. Il faut absolument que je prenne ce temps pour me préparer plusieurs repas par jour. Je me rends bien compte que je ne peux pas carburer de vide et que je n’arrive pas non plus à me rassasier de ce que je peux attraper dans mon armoire. Je sais que j’ai beaucoup délaisser ma cuisine lorsque j’étais au plus bas et je sais aussi, qu’il m’arrivera encore de ne pas avoir la force. Mais le reste du temps, il faut que je fournisse la meilleure énergie pour mon corps. Il faut que je me rendes ce service. Je viens même à songer que peut-être je devrais créer une rubrique sur le blog, dédiée à mes plats. Afin d’avoir toujours un endroit où voir que j’ai été capable de m’alimenter, de prendre le temps et aussi de m’auto-inspirer.

Mon plat est prêt. Je range tous les songes dans un coin et savoure ce repas. Je suis un peu décalée, il est l’heure conventionnelle du goûter. Ça n’a finalement aucune importance. Je ne dois pas me laisser influencer par les idées préconçues.

Après la vaisselle, je décide de noter mes réflexions. Je me sens libérée d’avoir fait ce constat et j’ai l’impression d’avoir déjà accompli un pas considérable vers le mieux. Le temps que j’achève mon article, il fait déjà nuit.

L’obscurité m’appelle. J’ai profondément besoin d’aller prendre l’air et de dégourdir mes jambes. J’enfile plusieurs couches de vêtements chauds et me sens prête. Je m’éloigne de mon quartier. J’ai besoin de découvrir d’autres horizons. Mes pas m’amènent jusqu’au bord du lac. Cette étendue d’eau me ressource de manière infinie et mystérieuse. De nuit, l’eau est sombre et permet aux lumières de briller à sa surface. C’est joli. Les quais sont quasiment vides. Et plus je m’en éloigne, plus les rues sont désertes. Je passe sous un gigantesque conifère. Je n’y avais jamais prêté attention, pourtant, il est magistral. Je m’arrête quelques secondes pour l’observer. Le froid me rattrape et me pousse à avancer. Je rentre.

Lorsque je me glisse dans mon lit, sournoise, les douleurs s’invitent. Elles décident de me chanter une berceuse contre-productive. Je cherche le moyen de ne pas les écouter. Je me lève et me recouche. Heureusement, au bout d’une heure, le sommeil l’emporte. C’est tout de même une belle nuit pour être en vie.

Jour 41

La nuit a été agitée. Un courant électrique s’est déchaîné dans mes membres inférieurs ne me laissant aucun répit. Je tournais, me retournais. J’avais chaud puis froid. Je me suis levée à plusieurs reprises afin de bouger et de marcher. Loin d’être reposant, le sommeil me quitte en me laissant ses cicatrices. En sortant de ma chambre, j’apprécie la propreté et la décoration autour de moi. Je me félicite intérieurement.

Je ferme les yeux sur mon état physique et vais me balader. Le vent est puissant en ce dernier jour de l’année. À tel point que mes joues se glacent. Mon corps se contracte afin de lutter contre les bourrasques et je travaille à le détendre, à chaque pas. J’inspire l’air coupant. J’observe le lac, en pleine lutte. L’eau oscille en cadence. De toute sa puissance, elle s’écrase contre les rochers. Cet ambiance rythme ma marche, mon pas est vif. Malgré moi, je rentre vite au chaud, heureuse d’avoir bravé les éléments. Heureuse d’avoir pu assister à ce spectacle naturel, me faisant toujours le même effet magique.

L’après-midi se déroule sous le signe de la tranquillité. Je prends le temps de masser mes muscles endoloris et de regarder une série. Je sens mon corps s’alourdir. L’appel du sommeil se fait sentir et plutôt que de lutter, je l’accueille à bras ouverts. La respiration devient lente et le corps crée une chaleur réconfortante. Je m’assoupis juste le temps de me charger de vie.

En émergent, quelques mots me viennent. Je saisis de quoi les transcrire. C’est peu et suffisant.

Soirée de réveillon. À la veille d’une nouvelle page, j’enfile mes vêtements les plus confortables. Loin de moi l’idée de faire la soirée de l’année. Je n’ai besoin de rien, en particulier. Bien accompagnée, autour d’un jeu challengeant et amusant, c’est ainsi que je laisse 2020 derrière moi. La soirée est douce, simple et m’emplit encore une fois de joie.

Je remercie toutes les épreuves vécues durant cette année. Belles, enrichissantes, difficiles, tristes, peut m’importe. J’ai vécu et appris. Et je continue à avoir soif de vivre. Vivement la suite!

Jour 23

Réveil doux. Je sors du sommeil cotonneux avec souplesse. Mes premiers mouvements sont lents et paresseux. Et ça n’a pas d’importance car rien ne m’attend aujourd’hui.

Je me dirige dans la cuisine. Par la fenêtre, la météo est claire. Les environs sont lumineux et la grisaille de décembre a disparu pour quelques heures. Au fond du tableau, la neige tapisse les montagnes. J’inspire et imagine cet air frais passer par mes narines. J’ai bien envie d’aller goûter à cette température extérieure. J’enclenche la bouilloire et me prépare une boisson chaude. Dès ma première gorgée, mes sens sont en émois. La tasse est presque brûlante, l’odeur est enivrante et le liquide est délicieux. Au fur et à mesure que le breuvage descend dans mon corps, mes organes se réveillent un à un.

Je vais m’installer sous une couverture, dans le canapé. Sans préméditation, je me mets à écrire. Je ne me sens pas spécialement inspirée pourtant, j’ai bien envie de tenter l’exercice. Voir où ça peut me mener. Mon intellect se réveille à son tour. J’allie les mots ensemble et je suis plutôt satisfaite. Certes, je n’ai pas la sensation d’avoir rédigé mes plus beaux textes mais surtout, je n’ai pas abandonné. Je suis consciente que je ne peux pas produire à chaque coup un feu d’artifice. Et il n’y a rien de mal à ça. Mon accomplissement me rend simplement fière. Il ne m’en faut pas plus.

L’après-midi, je me rends en forêt avec une amie. Il ne fait pas froid et c’est agréable. Il reste de maigres morceaux de neige par endroit, le reste a disparu. J’aime aller mettre mes pieds dans cette texture. Nous empruntons un chemin, puis un autre. Nous ne savons pas réellement quel est le bon. L’important est dans la balade et les sensations qu’elle nous procure. Les couleurs sont belles. Il y a du vert, plusieurs tonalités de brun, du blancs, du gris et même du jaune moutarde. Je suis ébahie par l’explosion de détails à observer. Après nous être laissée perdre, nous retombons à l’entrée de la forêt. Nous repartons pour un second tour, par un chemin différent. Par moment, la descente me complique la tâche. Il faut veiller à ne pas glisser et je sens que mes genoux sont fatigués par mes idées. Je respire et continue mes pas plus lentement. J’ai totalement confiance en mes capacités et je disperse mon amour dans mes membres. Nous revenons donc au point de départ et apaisée par la balade, nous rentrons.

Avant de préparer le repas, je m’installe pour effectuer mon yoga. Comme hier, je me remets dans la petite pièce. Dehors, il fait sombre. Je suis éclairée par les guirlandes qui tapissent mon plafond. Cet ambiance est relaxante. La session aussi. Adriene a deviné que j’ai suffisamment marché pour la journée. En respirant, je repense à la forêt et j’ai l’impression qu’il me reste de cet air dans les poumons. Je me sens bien.

Je me sens bien et c’est tout ce que je souhaite.

Jour 17

Ce matin, j’ouvre les yeux avec un léger pressentiment. Un goût d’inconnu s’installe. C’est le premier jour de la semaine et je n’ai plus d’obligations professionnelles. Je suis déphasée. Je tente de me persuader que c’est la machine qui est lente à mettre en route et prends mon petit-déjeuner, sans trop y réflechir.

Par la suite, je m’installe à mon bureau. Je dois préparer mon avenir. Cette réflexion a déjà commencé et je dois continuer à concrétiser mon futur. Pourtant, ça ne fonctionne pas. Mes pensées se bousculent et jouent au flipper dans ma boite crânienne. C’est autant des affirmations que des questionnements, dans le désordre le plus total.

J’ai du mal à me canaliser. Doucement, je remets en question l’entièreté du projet que j’avais en tête jusqu’ici. Je déconstruis chacune des idées. Au final, je me retrouve avec un tas de cendres et le désespoir me fait signe.

Je reste plusieurs heures devant mon écran sans rien réussir à établir. A chaque minute qui passe, je perds un peu plus mes moyens. Je finis par être complètement abattue, sur cette chaise. Immobile mais l’horloge, elle, tourne encore. Je ressens le temps ajoutant au passage son angoisse. Je dois me décider. Je ne peux pas passer une année dans cette position.

Passage à vide. Pendant un amas d’heures indéfinissables. C’est lent. C’est long. Je ne peux rien y faire. Il n’existe pas de bouton magique qui me permette de passer à l’étape suivante.

Je ne me souviens pas à quel moment j’ai réussi à me sortir de ce tourbillon. Néanmoins, je me retrouve à l’air frais.

Une pulsion de vie, comme une bouée de sauvetage.

Je comprends que je ne dois pas m’acharner à concrétiser quoi que se soit aujourd’hui. Mon unique tâche est l’acception de cette humeur désastreuse et maussade. Sur ce chemin de la validation de mes ressentis, parfois, une boule se loge dans ma gorge. Parfois, elle force et les perles de sel parcourent mes joues. Dans le silence.

Heureusement, au fur-et-à-mesure de mes pas, le brouillard s’atténue. L’horizon est beau. Le paysage est le même qu’à mon habitude pourtant, il y a encore de quoi s’émerveiller. Il vide mon esprit. Les arbres se tiennent fièrement debout. Les couleurs m’insufflent de l’espoir tandis que les mouettes me partagent leur insouciance. Je recharge mes batteries.

Accepter d’être triste et désemparée, je peux le faire. Cependant, mon engagement me revient en mémoire. Je ne souhaite plus admirer les drames et me laisser envahir. Je dois passer à l’action, malgré tout. Je suis capable d’être debout en pleine tempête, tel que les arbres savent le faire contre les caprices de la nature.

Je rentre avec mon humeur mitigée et mon envie de ne pas lâcher. En l’espace d’une heure, j’accomplis tout un tas de choses afin de vite me retrouver sur mon tapis. La pratique du yoga me rassure. Dans l’espace de ce rectangle, le temps est suspendu. Mes aigreurs sont effacées. Je savoure. Je me sens épuisée mais recentrée.

Je m’alourdis dans le sommeil en pensant. Je songe. Ces prochaines semaines m’amèneront à faire des choix difficiles et je ne peux les éviter. Au delà de ça, j’ai l’emprise sur la manière dont je veux vivre mes prises de positions. Mal vivre mes décisions ne changera en rien les événements. Il ne me reste plus qu’à bi…