Jour 58 – La simplicité est une source de bonheur inépuisable

Ce matin, lorsque je prends conscience de mon corps, ma première pensée me conduit devant la fenêtre. Je dois m’assurer que ma promesse a été tenue. La neige est là, quel soulagement. Durant la nuit, elle n’a pas fuit. Et la seconde bonne nouvelle, c’est que pour le moment, je me sens en pleine forme. Sûrement un effet de l’enthousiasme que je ressens à l’idée d’aller à l’extérieur.

Je croque dans un petit gâteau de la veille, prépare une tisane et file m’habiller. J’adore ressortir tous mes vêtements chauds. J’enfile les couches une à une et me voilà prête. Direction, la forêt.

Il fait plutôt gris, le soleil ne se montrera pas, je pense. Plus je m’approche de ma destination, plus la neige s’amasse. Tout est blanc et même le brouillard est de sortie. Sur la route, je ne vois plus que la voiture qui me précède et celle qui me suit. Autour, c’est le vide.

Arrivée dans la forêt, je ne sais plus où donner de la tête. La couche de neige est épaisse, les arbres sont majestueusement recouvert et la température caresse mes joues. Chaque pas que je fais produit un craquement, tendre. Je suis submergée par toutes cette beauté environnante. Elle m’émeut et me remplit de joie que je dois évacuer en sautillant dans l’or blanc. J’avance ainsi, entre marche et pas rapides joyeux. Avec mes gants, j’ose parfois toucher pour sentir la texture si particulière. C’est magique. Pendant ce temps, au centre de mon corps, une chaleur enveloppante se crée. C’est un instant de pur bonheur. J’arpente la forêt pendant plus d’une heure, au hasard. Chaque arbre est unique et l’envie de m’arrêter pour observer chacun d’entre eux me traverse. Mon côté aventureux lui, souhaite découvrir tous les chemins possibles. Alors j’alterne entre l’exploration et la contemplation.

Vient le moment de rentrer, la tête pleine de belles images et le coeur remplit d’allégresse.

En arrivant à la maison, je suis encore pleine d’énergie. Je profite d’elle pour aller me mettre sur mon tapis de yoga. Par tout hasard, cette séance n’est pas axée sur les mouvements mais plutôt la respiration. Ce n’est pas plus mal vu l’activité que j’ai fait ce matin. Cette opportunité de ralentir le rythme est un cadeau. J’ai l’impression d’expirer encore l’air précieux de la forêt. C’est un moment suspendu, enrichissant et lent.

À la fin de ma pratique, vient le moment de manger. Heureusement, j’ai gardé des restes de la veille. Rapide et satisfaisant.

En début d’après-midi, je décide de prendre le temps d’aller me faire couler un bain, afin de détendre mes muscles. Dans l’eau, je plonge dans les souvenirs de la matinée. Le sel d’Epsom apporte à mon corps ses propriétés décontractantes et relaxantes. Je me sens réellement bien.

En sortant du bain, l’envie de lire me saisit. Je m’installe confortablement et commence un nouveau roman. Et sans l’avoir vu venir, mes paupières commencent à se clore. Je donne ma permission, repos accordé.

À mon réveil, je me sens plus paisible que jamais. Cette sieste a été douce et onctueuse.

La nuit commence à tomber. Je profite de lire encore quelques instants. Soudainement, mon récit est coupé par une pensée. Et si j’allais écrire? Je m’exécute. Et doucement, de petites ondes électriques s’installent dans ma mains droite. Je tente de la bouger le moins possible tout en continuant à écrire. J’ai envie d’arriver au bout de mon article. Et je ne laisserais rien entacher cette merveilleuse journée.

En allant me coucher, une bonne fatigue m’accompagne, c’est agréable.